Le mauvais niveau des français n’est pas nouveau, cependant, avec la croissance des échanges internationaux et l’avènement de la langue anglaise, la question du bilinguisme des français est plus que jamais d’actualité. Or, la France subsiste parmi les mauvais élèves en ce qui concerne les langues étrangères. Tentons d’exposer quelques-unes des causes de ce phénomène…

 

 

 

L’éducation linguistique en France

 

 

Premièrement, les français ne commencent pas à apprendre l’anglais assez tôt, en effet les cours d’anglais ne deviennent obligatoires qu’à partir du CE1, niveau où les enfants ont déjà 7 ou 8 ans. Or, un enfant possède une forte capacité d’apprentissage jusqu’à ses 5 ans. (cf "L’acquisition d’une langue étrangère par les enfants")

 

Ensuite, l’éducation linguistique aujourd’hui se base davantage sur la grammaire que sur la communication. Grave erreur ! La grammaire est importante, certes, mais il ne s’agit pas de dénigrer les compétences orales des élèves.

 

Enfin, le nombre d’heures consacrées aux langues étrangères est d’1h30 par semaine en école primaire, de 4h par semaine en 6ème, puis de 3h par semaine jusqu’en 3ième. Au lycée la première langue est enseignée 3h par semaine.
Ne serait-il pas plus judicieux d’augmenter le nombre d’heures dès le plus jeune âge ?

 

 

 

Le frein culturel

 

 

Historiquement, l’anglais n’as pas toujours été la langue internationale : la langue de Molière occupait une place prépondérante dès le XIIIème siècle (date à laquelle Saint Louis commanda une traduction de la Bible en français), et resta la langue internationale par excellence jusqu’en 1919. Georges Clemenceau accepta alors que le traité de Versailles clôturant la Première Guerre mondiale soit rédigé en français et en anglais. Depuis lors, l’anglais gagne en locuteurs au détriment du français. Ainsi, la majorité des français ressent le besoin de défendre la légitimité de sa langue.

 

De plus, rappelons que le français est parlé en France, ainsi qu’en Belgique, au Canada, au Luxembourg, en Suisse et dans 51 autres pays, principalement localisés en Afrique, ayant pour la plupart fait partie de l’ancien empire colonial français ainsi que la République démocratique du Congo, ancien Congo belge.

 

Par ailleurs, les médias ont également un rôle important dans la non-diffusion de l’anglais. Malgré les efforts récents faits par CanalSat et la TNTafin de donner le choix aux téléspectateurs de choisir leur langue, la plupart des programmes télévisés restent diffusés en français. Ce qui réduit considérablement l’exposition du public à la langue de Shakespeare.

 

 

 

Alors, que pouvons-nous faire pour changer la situation ?

 

 

Avec l’évolution des technologies, de nombreuses solutions adaptables à la vie et au rythme de chacun sont disponibles. Et de plus en plus des solutions comme l’e-learning satisfont un public toujours plus exigeant.

 

Ainsi il est intéressant de se pencher sur la formation par internet dès le plus jeune âge.

 

Oui, il est important de bien connaitre sa langue maternelle mais l'un n'empêche pas l'autre car il est primordial et même obligatoire d'apprendre une deuxième langue.

 

Au plus tôt au mieux et SURTOUT au plus facile et ludique.

 

Les mini cours d'anglais, sans grammaire sur SKYPE de www.ludo-lidia.com dès 3 ans. De 15 à 30 minutes, une maîtresse de classe parle avec votre enfant et surtout essaye de le/la faire parler afin de PRATIQUER" l'anglais". Ludique, sans contrainte et en simplicité.

 

info: michele@ludo-lidia.com

 

25 ans d'expériences en apprentissage de l'anglais comme langue étrangère aux enfants.