Créer mon blog M'identifier

APPRENDRE L' ANGLAIS avec une ami(e) ou son enfant? 30 minutes sur Skype

Le 13 août 2016, 12:26 dans Famille 0


La rentrée est proche. Peut être au retour de vacances avez vous pensé:

"Si seulement, je me débrouillais mieux en anglais"
"Je voudrais que mes enfants puissent communiquer en anglais et leur donner l'opportunité de mieux gagn

er leur vie plus tard"

"Je voudrais une augmentation de salaire ou changer de poste"
" Je n'ai ni le temps ni les moyens de partir en Angleterre ou aux USA pendant 6 mois"
La solution:
BLABLANGLAIS, 30 minutes de conversation sur Sky

pe, 1 à 2 fois par semaine est un bon début pour mieux comprendre et commencer à parler l'anglais rapidement.
Sans grammaire, sans leçons, sans effort.

Juste à travers un échange de sujets variés, qui vous intéressent, avec une prof d'anglais expérimentée.
Essayez, ça marche. Seul(e) ou avec un(e) ami(e) ou même avec votre enfant.
Une autre manière d'apprendre sans stress, chez vous.
Vous voulez préparer le repas en même temps, prendre une colation, faire vos exercices? Pourquoi pas, c'est ludique et FUN. Info: michele@ludo-lidia.com

 

Pourquoi les français sont-ils aussi mauvais en Anglais ?

Le 26 septembre 2015, 13:16 dans Famille 0

 

 

 

 

Le mauvais niveau des français n’est pas nouveau, cependant, avec la croissance des échanges internationaux et l’avènement de la langue anglaise, la question du bilinguisme des français est plus que jamais d’actualité. Or, la France subsiste parmi les mauvais élèves en ce qui concerne les langues étrangères. Tentons d’exposer quelques-unes des causes de ce phénomène…

 

 

 

L’éducation linguistique en France

 

 

Premièrement, les français ne commencent pas à apprendre l’anglais assez tôt, en effet les cours d’anglais ne deviennent obligatoires qu’à partir du CE1, niveau où les enfants ont déjà 7 ou 8 ans. Or, un enfant possède une forte capacité d’apprentissage jusqu’à ses 5 ans. (cf "L’acquisition d’une langue étrangère par les enfants")

 

Ensuite, l’éducation linguistique aujourd’hui se base davantage sur la grammaire que sur la communication. Grave erreur ! La grammaire est importante, certes, mais il ne s’agit pas de dénigrer les compétences orales des élèves.

 

Enfin, le nombre d’heures consacrées aux langues étrangères est d’1h30 par semaine en école primaire, de 4h par semaine en 6ème, puis de 3h par semaine jusqu’en 3ième. Au lycée la première langue est enseignée 3h par semaine.
Ne serait-il pas plus judicieux d’augmenter le nombre d’heures dès le plus jeune âge ?

 

 

 

Le frein culturel

 

 

Historiquement, l’anglais n’as pas toujours été la langue internationale : la langue de Molière occupait une place prépondérante dès le XIIIème siècle (date à laquelle Saint Louis commanda une traduction de la Bible en français), et resta la langue internationale par excellence jusqu’en 1919. Georges Clemenceau accepta alors que le traité de Versailles clôturant la Première Guerre mondiale soit rédigé en français et en anglais. Depuis lors, l’anglais gagne en locuteurs au détriment du français. Ainsi, la majorité des français ressent le besoin de défendre la légitimité de sa langue.

 

De plus, rappelons que le français est parlé en France, ainsi qu’en Belgique, au Canada, au Luxembourg, en Suisse et dans 51 autres pays, principalement localisés en Afrique, ayant pour la plupart fait partie de l’ancien empire colonial français ainsi que la République démocratique du Congo, ancien Congo belge.

 

Par ailleurs, les médias ont également un rôle important dans la non-diffusion de l’anglais. Malgré les efforts récents faits par CanalSat et la TNTafin de donner le choix aux téléspectateurs de choisir leur langue, la plupart des programmes télévisés restent diffusés en français. Ce qui réduit considérablement l’exposition du public à la langue de Shakespeare.

 

 

 

Alors, que pouvons-nous faire pour changer la situation ?

 

 

Avec l’évolution des technologies, de nombreuses solutions adaptables à la vie et au rythme de chacun sont disponibles. Et de plus en plus des solutions comme l’e-learning satisfont un public toujours plus exigeant.

 

Ainsi il est intéressant de se pencher sur la formation par internet dès le plus jeune âge.

 

Oui, il est important de bien connaitre sa langue maternelle mais l'un n'empêche pas l'autre car il est primordial et même obligatoire d'apprendre une deuxième langue.

 

Au plus tôt au mieux et SURTOUT au plus facile et ludique.

 

Les mini cours d'anglais, sans grammaire sur SKYPE de www.ludo-lidia.com dès 3 ans. De 15 à 30 minutes, une maîtresse de classe parle avec votre enfant et surtout essaye de le/la faire parler afin de PRATIQUER" l'anglais". Ludique, sans contrainte et en simplicité.

 

info: michele@ludo-lidia.com

 

25 ans d'expériences en apprentissage de l'anglais comme langue étrangère aux enfants.

 

Résponses à "Pourquoi les français sont-ils aussi mauvais en Anglais?"

Le 26 septembre 2015, 13:15 dans Famille 0

 

Forum internautes

 

LINGO :

L’importance de la TÉLÉVISION est énorme.
Dans les autres pays les films sont généralement en VO sous-titrés dans la langue du pays – c’est ce qui fait la différence pour les enfants, après des années passées à regarder la télévision.
L’idéal serait d’avoir en plus la possibilité à la demande de suivre des films en ANGLAIS, également sous-titrés en ANGLAIS – pour se familiariser avec les accents.

 

Tony Marsden

Je ne peux que partager cet avis. En effet, en tant qu’Anglais expatrié habitant en France depuis 16 ans, je constate cette lamentable situation depuis mon arrivé en France.
Le niveau d’enseignement de l’anglais dans l’education nationale est franchement désolant. En arrivant en France, mon ambition était d’enseigner l’anglais — ceci étant ma langue maternelle, et de laquelle j’ai une maîtrise supérieur à la moyenne.

Pour préparer ma démarchen j’ai également suivi des cours dans l’enseignement de l’anglais en tant que langue étrangère (TEFL).

Quelle surprise, alors, de découvrir que je ne suis pas suffisament qualifié pour enseigner l’anglais au sein de l’education nationale — et ça, malgré mes 15 ans d’expérience en tant que professeur au niceau universitaire au R-U !!

Deuxième surprise : la plupart des français que je rencontrais ici avaient fait environ 9 ans d’anglais (du primaire au lycée) sans pour autant pouvoir en sortir un seul mot, encore moins, un phrase. En revanche, me voilà venir m’installer en France avec seulement 4 ans de français (du 6e au 3e) — et pourtant capable de me débrouiller linguistiquement dès le Jour J.

Troisième surprise : je rencontre le prof d’anglais ambulant qui assure les cours d’anglais dans les écoles primaires des villages ruraux de ma région ; quelle honte, il me parle, et je ne reconnais même pas qu’il me parle en anglais !!

Quatrième surprise (ben oui, et on n’est pas encore au bout de nos surprises !) : dès que je lance mon activité de cours particuliers d’anglais, je constate que tous mes élèves, dépendants du même collège, font exactement les mêmes fautes (graves) de prononciation — quand je les corrige, ils affirment que c’est bien leur prof qui les aurait appris ainsi, et que pire encore, quand ils rapportent mes corrections, voilà le prof de dire que c’est MOI qui ai tort !

Cinquième surprise : la manque de volonté de la part des parents de voir leurs enfants apprendre l’anglais — du style « Il n’ira jamais en Angleterre, alors à quoi ça sert ? » J’ai vu naître et grandir le petit de mon voisin — c’est même moi qui l’ai appris une bonne partie de son français (au point que l’école s’afollait parce-qu’il le parlait avec mon accent anglais !), mais en même temps, je l’apprenait l’anglais, avec la complicité de sa petite amie de classe ! À 5 ans, il avait un accent impeccable, un vocabulaire d’une centaine de mots, et savait se servir d’une poignée d’expressions courantes. Surtout, il faisait tout ça tout naturellement, sans le monudre gêne. Mais ses parents n’ont pas voulu que je continue, « pour le permettre de se concentrer sur son frnaçais ». Résultat, depuis il galère au collège et au lycée, il a des mauvaises notes en anglais, son accent est atroce, et il a perdu la plupart de ce qu’il avait déjà appris.

Il faut une évolution dans l’attitude des gens, certes — même si on ne compte jamais voyager dans aucun pays anglophone, l’anglais est devenu un lingua franca partout le monde, que ce soit sur Internet ou ailleurs.

Mais surtout, il faut changer la logique et les pratiques de l’enseignement nationale, qui semble être figée dans l’après-guerre. Quand je vois les méthodes d’enseignement utilisées aujourd’hui, elle sont plus surannées que celles que j’ai connues lorsque j’apprenais le français il y a 45 ans ! Et aux dires de mes 2 sœurs, toutes les 2 ayant travaillé comme assistante dans des collèges en France pendant les années 60, elle n’ont guère évolué depuis cette époque.

Que la relance de l’économie française prenne en compte l’enseignement des langues étrangères, dont l’anglais ! À bon entendeur…

 

Eric F81:

Comme évoqué dans l’article en tête, le plus grand problème AMHA, c’est que l’approche de l’enseignement de l’anglais en France est surtout « structurelle », plutôt que « fonctionnelle ». Pourtant, c’est cette dernière approche qui permettrait l’élève de commencer à parler anglais et de communiquer le plus rapidement que possible — gage primaire d’une motivation renforcée.
En plus, l’anglais étant beaucoup moins « structuré » au niveau du grammaire que le français — par ex., pas ou peu de déclinaisons de substantifs, de conjugaisons de verbes, d’accords, de genres…, une approche qui s’appuie là-dessus ne paraît que peu intéressant ; surtout parce-qu’une telle approche va fatalement souligner les différences entre le français et l’anglais, ce qui pourrait être intéressant d’un point de vue purement linguistique, mais qui n’aide guère l’apprenti qui veut simplement communiquer.

Céline:

Tony, je reconnais bien dans votre parcours, l’arrogance française.
J’ai besoin de l’anglais dans mon travail, je me forme comme je peux, mais ce qui m’aide le plus en effet est le visionnage de mes séries préférées en VO et sous titrées anglais. Avec ça et des collègues de toutes origines compréhensifs, je progresse bien mieux qu’en X années d’étude en classe.

Vos voisins sont fous et ont handicapé sérieusement l’avenir de leur enfant.

 

Fanny Vernier:

Je suis professeur d’anglais en lycée international et j’enseigne l’anglais depuis 12 ans , je suis également conseillère pédagogique et j’accompagne les jeunes professeurs dans leur métier. Un certain nombre d’éléments sont faux dans cet article :
1 Au lycée il n’y a plus 3 heures d’anglais par semaine mais 2h 30 depuis la dernière réforme mais avec un programme de plus en plus chargé.

2 A l’école primaire , l’apprentissage de l’anglais en CE1 est un gâchis car enseigné par des instituteurs qui ne parlent pas anglais et qui baragouinent comme ils le peuvent. je rejoins donc en ce sens les remarques du monsieur anglophones dans les commentaires plus haut. Enseigner l’anglais plus tôt , oui bien sûr mais avec des moyens dignes de cette ambition.

3 Depuis que j’enseigne , on m’a toujours demandé dans mes formations et les inspecteurs de mettre l’accent sur la communication : ce sont les méthodes qui sont enseignées depuis une quinzaine d’années . Nous étudions des documents de toutes sortes et ce travail donne lieu à des productions orales en continu (opinion personnel ou en interaction : débats , situation de communication de toutes sortes… La grammaire est étudiée en pointillé à partir des documents étudiés afin d’expliquer mais aussi produire des énoncés cohérents.

Pour conclure, je pense en effet que culturellement le français a du mal à vouloir prendre la parole en anglais , je le remarque dans mes classes . Cependant en petits groupes , l’appréhension a tendance à disparaître .. et en france les classes sont à 35 !!!

Dans les autres pays regarder la télé en VO donne une bonne longueur d’avance en terme de compréhension et de savoirs linguistiques et phonologiques et malheureusement aucuns efforts ont été faits en ce sens chez nous !

A cause du manque de moyens mis en place et de la mustiplication des réformes sans moyens efficaces donnés pour aider les profs, nous sommes dans le découragement le plus total !!!

 

Christiane Zuidema:

Ayant enseigné l’anglais et le français au R.U. pendant longtemps j’ose dire que les Anglais ont de grosses lacunes en français.. car la ‘Lingua Franca’ reconnue est bien l’anglais!! Donc en France, il faudrait que les petits soient exposés à l’anglais haque jour dès la maternelle.. avec des chansons des jeux etc… Ensuite l’écriture et la lecture de petites histoires renforceraient leurs commaissances, mais le contact avec un BON prof doit être journalier. Tony Marsden doit être un excellent Prof! merci à lui de ses conseils. Il ne faut pas apprendre l’anglais en se basant sur le français. Trop de règles de grammaire. Je disais à mes élèves : En anglais = pas de grammaire !!! Par contre il faut apprendre les verbes irréguliers ‘par coeur’! Et puis de la lecture , de la conversation, et surtout bien écouter le rhythme de l’anglais parlé! Donc la télé en Anglais pour tous!! avec sous-titres – of course! et puis quelques petits séjours dans un pays anglophone le + tôt possible. Echange d’enfants dans une famille = immersion complète! Il faut surtout rassurer l’élève en disant "l’aglais est facile" !! Le plus difficile c’est l’accent tonique! Bon, l’orthographe pas facile, mais on écoute d’abors et ensuite on apprend comment écrire. Bon courage à vous tous! Vous y arriverez!

Seagate:

il y a de nombreux programmes proposes en version multilingues avec sous titres en français ou la langue orignal du programme !!!!!
faut s équiper!!!!

 

Betterday78:

Dans l’apprentissage de la langue maternelle par les enfants, la première étape est de répéter des mots entendus pluri quotidiennement qui sont compris grâce au contexte. Cela fonctionne parfaitement bien, la preuve, la plupart des enfants qui intègrent la classe de CP parlent très bien la langue maternelle. Plusieurs années après le début de cet apprentissage 100 % oral, vient s’intégrer la grammaire et l’orthographe à partir du CP.
Alors peut-on m’expliquer pourquoi les programmes de l’éducation nationale persistent à imposer l’apprentissage des langues étrangères par la grammaire alors même que les enfants n’ont pas ou peu de vocabulaire ? Ceux-ci ne disposent que de deux années scolaires (à raison de 2 ou 3 heures de cours semaines, ça c’est une farce) pour intégrer grammaire et vocabulaire (autant dire mission impossible) et là, double-peine, on leur colle une deuxième langue étrangère à apprendre, avec les mêmes procédés qui sont inefficaces… Des élèves performant en anglais à l’issue du cursus scolaire, je vous garantis qu’on est pas arrivé avec ces méthodes…

 

Dominique:

Apprendre une langue, l’anglais ou russe ou autre, est facile. MAis on s’y prend comme des pieds en France. Pourquoi en Suéde et autres pays nordiques, en 6ème ils parlent déjà plusieurs langues et cela de manière courante? Pourquoi en France, on ne parle qu’une langue et qu’au bout de 7, 8 ou 10 ans d’études de cette langue, on ne sait même pas la parler? 6ème à terminale ça fait 7 années de langue. Purée au bout de 7 ans on devrait être des demi-dieux bilingues. Ben non. Au bout de 7 ans, tu regardes un film en VO, tu ne comprends pas plus de 15% de ce qui est dit. Avoir une conversation est impensable. Tu cherches tes mots. Je ne parle même pas de l’accent horrible à couper au couteau.

Comment avons-nous appris le français? En écoutant nos parents, les gens qui nous entourent, la télé. On arrive à la maternelle vers 3ans, on ne sait ni lire ni écrire et pourtant on parle avec un bon petit vocabulaire. On comprend ce que racontent les gens qui parlent à la télé. Autrement dit, sans même avoir appris une seule régle de grammaire, sans même avoir lu le moindre mot de français et encore moins l’écrire, on sait déjà parler français.

Que fait-on à l’école depuis toujours? On nous bassine avec des régles obscures et compliquées de grammaire, des exceptions ici où là. Bref des trucs indigestes qui nous dégoutent de la langue DES LE DEPART !!! Si en plus vous tombez sur des profs à moitié cons, pas sympa, qui se contentent de régurgiter le manuel scolaire, vous êtes sûr d’être un cancre total et complet en anglais ou autre langue LV1.

Et franchement, 3h de langue par semaine, comment voulez-vous parler une langue dans ces conditions? C’est tous les jours qu’il faut avoir un contact avec la langue.

La grammaire ne devrait être étudiée qu’au minimum, mettre l’accent sur l’oral, étudier des textes marrants et intéressant. Car là aussi, pour aimer une langue, pour se motiver, il faut que ce que l’on étudie soit intéressant. Rappelez-vous vos textes (j’ai 40 ans donc j’étudiais l’anglais en 6ème en 1982). C’était une horreur, absolument pas intéressant du tout.

Une langue ça se parle, or en France dans les cours on ne la parle pas. On lit le texte, on écoute le texte, on nous bassine avec des régles de grammaire toujours plus compliquées les unes que les autres, on nous demande d’apprendre le vocabulaire par cœur alors que ce n’est pas la bonne méthode le par cœur pour apprendre une langue. Lorsque vous étiez petits, avez-vous appris des mots par cœur? Bien sûr que non, tout est rentrer dans votre cervelle petit à petit, à force d’entendre les mots. Votre maman ou papa ne faisaient pas de listes de mots à répéter et apprendre par cœur.

Bref sauf avoir des parents qui s’y connaissent, sauf avoir des cours particuliers avec des professeurs qui s’y connaissent, les français seront encore pendant des dizaines d’années de véritables cancres en langue. C’est triste mais c’est comme ça.

 

L. Brown:

 

Après avoir enseigné l’anglais en école primaire pendant 8 ans, je peux vous dire que les français ont autant de capacité à apprendre l’anglais que n’importe qui. Au début, on nous avait dit que c’était complètement oral, mais à la fin de l’année, on nous a imposé un contôle oral. Bien sur, tout le monde a échoué. J’étais folle de rage parce que les enfants avaient un bon accent, ils travaillaient bien (c’était dans un quartier "difficile")et l’education nationale a tout fait pour que tout le monde échoue! Ce ne sont pas les français, c’est le système.

 

Voir la suite ≫